Salle des nouvelles

Pour diffusion immédiate

le 10 février 2015

FICHE D’INFORMATION : Démantèlement de points d’intérêt du Parc de la Technologie

À PROPOS DE LA FUSÉE ATLAS

Ayant fait l’objet d’un premier lancement en juin 1957, la fusée à longue portée Atlas fut le véhicule qui emporta le Lt. Col. John Glenn du Corps des Marines des États-Unis en vol orbital le 20 février 1962, soit dix mois après le premier vol orbital habité par Youri Gagarine de l’U.R.S.S. le 12 avril 1961. Elle fit originalement l’objet d’une proposition par Convair pour le développement d’un missile balistique qui représenterait une amélioration face au V-2 allemand. La Fusée Atlas de Convair devait répondre au besoin d’un missile balistique intercontinental capable de livrer des ogives nucléaires avec précision à de grandes distances. L’Atlas fut développé en tant que premier missile balistique intercontinental des États-Unis, entrant en opération en septembre 1959. Au total quelques 159 missiles balistiques intercontinentaux similaires furent déployés à l’apogée du programme, avant d’être retirés du service en 1965. À leur désactivation, ils furent reconvertis en tant que lanceurs spatiaux, avant que des versions standardisées soient construites spécifiquement pour des applications orbitales. Plus de 500 fusées Atlas de tous types avaient été lancées en 1992, permettant notamment le lancement des premières sondes spatiales à atteindre Mars, Vénus, Mercure et Jupiter.

La fusée Atlas 5A orne le Parc de la Technologie depuis son arrivée en provenance de l’United States Air Force Museum situé sur la base des forces aériennes américaines de Wright-Patterson à Dayton, en Ohio, en 1973. Elle avait été fabriquée originalement par General Dynamics à San Diego, en Californie, en 1956.

Les réservoirs de carburant des fusées Atlas exigent une pressurisation constante à cause de leur enveloppe externe très mince. Cette enveloppe est composée de 27 sections d’acier inoxydable, l’épaisseur de la plupart de ces sections est moindre que celle d’un carton de lait, et la section la plus épaisse ne mesure que 40 millimètres d’épaisseur. Si la pression positive requise n’est pas maintenue en tout temps à l’intérieur des réservoirs de carburant, la fusée Atlas s’effondrerait sur elle-même, comme ce fut malheureusement le cas d’une autre fusée Atlas exposée à l’United States Air Force Museum en 1986.

À PROPOS DU CHEVALET DE POMPAGE

Le chevalet de pompage a été fabriqué par Pacific Gear Works en 1950 et donné au Musée en 1967 par l’Association canadienne des producteurs pétroliers. Il a été en activité en Saskatchewan au cours des années 1950.

Des pompes de ce type ont été utilisées pour le développement expérimental de méthodes d’extraction de pétrole lourd dans la région de Lloydminster en Saskatchewan, connues à l’époque sous le nom de « Huff and puff » (aujourd’hui connue sous le nom de séparation gravitaire par injection de vapeur) et « Fire flooding » (aujourd’hui connue sous le nom de « Toe to Heel Air Injection »). Il s’agit d’un des premiers points d’intérêt à avoir été installé dans le Parc de la Technologie lors de son aménagement paysager en 1968.

Retour au haut de la page