Le Panthéon

Elizabeth "Elsie" MacGill 1905-1980

Ma présence à la faculté de génie de l'Université de Toronto en 1923 n'est certainement pas passée inaperçue. Un professeur, qui ignorait que son imposant auditoire d'hommes était, pour la première fois, envahi par une « dame », a commencé son premier cours en utilisant la terminologie usuelle du génie : raccords mâles et femelles, lime bâtarde plate, filetage bâtard, pour ne mentionner que les termes les moins choquants. À la première trace de double sens, les hommes s'esclaffaient, et le pauvre professeur en fut réduit à rougir dans la confusion la plus totale. Cependant, rien de cela n'a suffi à m'empêcher de poursuivre mes études.

J'étais la première femme à recevoir un diplôme de génie électrique au Canada, de même que la première femme en Amérique du Nord à détenir un diplôme de génie aéronautique. Bien que j'ai occupé de nombreux postes importants dans l'industrie aéronautique, on me connaît peut-être mieux pour mes travaux pendant la Deuxième Guerre mondiale. À titre d'ingénieur principal de la Canadian Car and Foundry Company, j'ai supervisé la production du Hurricane de Hawker au Canada, et j'ai conçu une série de modifications afin d'équiper le Hurricane pour le vol par temps froid.

J'ai également été la première femme au monde à concevoir des avions. Mon appareil d'entraînement, le Maple Leaf, est peut-être encore, à ce jour, le seul avion entièrement conçu par une femme. Bien que je n'ai jamais appris à piloter moi-même, j'ai accompagné les pilotes sur tous les vols d'essai – même le dangereux vol inaugural – de tout appareil sur lequel j'ai travaillé. En raison de ma mère peut-être, je n'ai jamais oublié, tout au cours de ma longue carrière, que de nombreuses femmes canadiennes n'ont pas accès aux avantages dont j'ai tiré parti. J'ai reçu de nombreux prix de génie, mais j'espère qu'on se souviendra aussi de moi comme d'un défenseur des droits des femmes et des enfants.

Retour au haut de la page